L'actualité de l'immobilier par CAPIFRANCE

Effondrement de l’immobilier neuf : « Un impact indéniable sur le marché traditionnel »

Effondrement de l’immobilier neuf :  « Un impact indéniable sur le marché traditionnel »

fév 21, 2014

Selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), les ventes aux particuliers de logements  neufs devraient baisser de 10% ou plus cette année, après un exercice 2013 déjà peu dynamique. Analyses avec Jacques Daboudet, Président de CAPIFRANCE.

En 2013, 74 691 logements neufs ont été vendus ont été acquis par des particuliers sur l’ensemble du marché. C’est un peu mieux qu’en 2012, année durant laquelle 73 628 biens ont trouvé acquéreur, mais en net retrait par rapport à 2010 (-32,4%), « année, il est vrai, record avec plus de 110 500 ventes » remarque Jacques Daboudet, Président de CAPIFRANCE, premier réseau de mandataires en immobilier de France. Selon lui, « cette légère embellie vient masquer une crise profonde, mais surtout une année noire pour l’immobilier neuf. Car si l’on en croit la Fédération  des promoteurs  immobiliers, 2014 s’annonce comme la pire année depuis 25 ans, avec seulement  67 000 logements neufs vendus» !

Une situation déplorable qui s’explique en partie par une conjoncture économique toujours difficile. « Avec la crise, les lancements de nouveaux programmes ont été différés, freinant les mises en vente (-12,8% par rapport à 2012 et 22% par rapport à 2011). Cette tendance est plus que préoccupante. D’autant plus que ce qui dynamise le marché de l’immobilier en France, c’est souvent le marché du neuf. En effet, qui dit nouveaux logements, dit rotation des stocks dans l’ancien » assure Jacques Daboudet. Selon le Président de CAPIFRANCE, cette baisse de la commercialisation de nouveaux programmes a donc « un impact indéniable sur le marché traditionnel et risque tôt ou tard de le dérégler ».

« Dans ce contexte plus que tendu, le gouvernement doit réagir » assure Jacques Daboudet, pour qui la politique de logement actuelle est insuffisamment soutenue et surtout peu incitative pour les investisseurs. « Les dispositifs fiscaux avantageux tels que le Scellier ou la loi Girardin ont été supprimés et remplacés par la loi Duflot, qui certes reste intéressante, mais qui ne suffit pas pour séduire les investisseurs à hauts revenus. De plus, le plafonnement niches fiscales écarte inévitablement tous les investisseurs ayant atteint ces plafonds, qui n’ont pas d’autre choix de se détourner du marché immobilier. A ceci s’ajoute la suppression du prêt à taux zéro dans l’ancien, le renchérissement du foncier ou encore la loi ALUR .Celle-ci comprend de très bonnes dispositions concernant la profession, néanmoins, elle est plus contraignante vis-à-vis de la location, ce qui peut là  encore rebuter certains investisseurs » estime Jacques Daboudet.

Pour le président de CAPIFRANCE, la politique du gouvernement actuel « n’encourage pas suffisamment  la confiance des investisseurs. D’autant plus que les dispositifs ne sont pas stables. Tous ces facteurs ne contribuent donc pas à dynamiser le marché, et d’ailleurs je ne crois pas que c’est ce que cherche notre ministre puisque vraisemblablement, sa priorité est d’abord d’en assurer la régulation… ».

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>